supergod_1

Le décidement très bon éditeur Milady graphic (Scott Pilgrim!!!!) a sorti dans nos contrées la mini-série Supergod (Avatar press aux USA), scénarisée par Warren Ellis (Transmetropolitan, Planetary entre autre) et dessinée par Garry Gastonny (surement des trucs très biens mais j'ai jamais entendu parler de ce mec).

Supergod raconte, par le monologue d'un scientifique anglais, l'avènement des surhommes dans un monde crédible, mais surtout la destruction de ce monde par ces héros sans ame, ces armes surpuissantes que se lancent les gouvernements.

Le récit lorgne plus du côté de la science-fiction que du genre super héros. Même si Supergod se veut une sorte de réflexion sur le super héros, on n'y retrouve pas les archétypes, ni les enjeux propres au genre. Supergod parle de conquête spatiale, de la guerre froide, de la course à l'armement et des folies que peuvent perpétrer les hommes politiques et les scientifiques afin de dominer l'autre. 

Tout au long du récit du personnage principal, on découvre l'enchainement d'événements qui ont conduit à l'inévitable destruction. Le lecteur sait immédiatement que tout se termine mal, ce qui donne un aspect dramatique au récit. Dramatique ne signifie pas triste: Warren Ellis nous livre une vision cynique, avec un subtil équilibre entre désespoir et humour (noir). 

Supergod_full_page

Le récit est soutenu par un dessin propre, assez classique mais suffisament sombre pour véhiculer le désespoir de cette fin annoncée. 

Le bouquin est un peu cher (14.90) mais c'est un joli objet. Il y a de quoi lire, c'est beau, bien écrit et c'est Warren Ellis alors il faut lire Supergod. Vous allez pas commencer à chipoter sinon je vais me facher.