9782354190408FS

De ce qu'on m'en a dit, Olivier Mariotti est un mec brillant, multitâches, calé en dessin, vu que c'est son métier (aussi bien dans la pratique, que dans l'enseignement), et plutôt sympa. En plus, il est des Bouches du Rhône. C'est donc avec un à priori positif que je me suis plongé dans sa bd, "Le fils de son père". Essai transformé. 

"Le fils de son père" est un one-shot autobiographique. Olivier Mariotti y parle de son rapport au père, et à la paternité entre autres choses. Tout commence un soir de vernissage, Olivier y présente ses œuvres. Sa famille et ses amis sont présents, et c'est à travers un coup de tonnerre qu'il entre-aperçoit l'ombre de son père avec lequel il n'a plus de contact. La suite est un enchainement de scènes, entre son enfance et son présent proche. On y devine une relation forte avec son père, si forte qu'elle pousse le père à rendre son fils témoin de lourds secrets... Cette relation, puis l'éloignement entrent en résonnance avec le présent et le rapport d'Olivier avec ses deux enfants, et sa femme. 

Bref vous l'aurez compris, c'est une histoire de famille, une histoire intime qui pourra, j'en suis sur, évoquer chez le lecteur un sentiment de familiarité. Moi en tout cas ça a marché, puisque je me suis retrouvé dans certaines scènes (j'ai notamment vécu la scène de la plongée dans sa quasi-intégralité...). C'est assez émouvant, prenant et même drôle par-moment. 

p5_5_610

Passons à l'aspect graphique. Je ne vais pas m'amuser à détailler la technique de dessin d'une personne aussi qualifiée en arts plastiques, je ne m'y connais pas assez et puis je pense que ça n'intéressera pas grand monde. Surtout si c'est moi qui en parle... L'auteur a un trait particulier, qui donne beaucoup de personnalité à la bd. Il a choisi aussi un découpage unique des planches (gaufrier de 12 cases) et joue avec cette mise en page. Autre particularité, les scènes ont une couleur différente, selon qu'elles se passent au présent (aquarelle je crois) ou durant l'enfance (aspect crayonné). Il est à noter que c'est Guillaume Mariotti (le frère d'Olivier) qui s'est occupé de la couleur.

On se retrouve donc avec une bd à la forme travaillée, et certainement remplie de subtilités qui m'ont échappées. 

Bref, je vous recommande cette jolie bd, déjà parce que l’objet est sympathique, ensuite parce que l’histoire est agréable, enfin parce que je vous le dis, alors arrêtez de discuter, et lisez-moi ce bouquin. Non mais !

Le fils de son père.

De Olivier et Guillaume Mariotti - http://freresmario.blogspot.com/

Chez "Les enfants rouges" - http://www.enfantsrouges.com/Olivier-Mariotti.html