Montpellier est une ville qui fait parler d’elle. On évoque beaucoup la bande à Loulou en ce moment, mais la formation d’un nouveau groupe orienté swing/rock a attiré notre attention.
Déjà à l’affiche dans les principales salles locales, Le Comptoir des Fous vient de présenter son premier EP, Volume 1. Et ça cartonne.


                          cdcdfmoyen

Il y a des groupes qui marquent, c’est comme ça. On vous reconnaîtra dans la rue, on se ruera sur les tee-shirts à votre effigie, on sera prêt à dépenser une somme astronomique pour un show qui sera de toute manière trop court.
On a pourtant oublié l’essentiel : dans chaque ville fourmille de petits groupes, plus ou moins bons, mais qui méritent une attention. Elle sera peut-être passagère, éphémère, qui sait, souvent captée entre deux verres dans un bar, mais peu importe.

C’est de cette manière que Montpellier découvrit Le Comptoir des Fous. Un peu par hasard, en proposant la première partie du Oai Star à Victoire 2 ou encore celle de La Ruda au Rockstore. L’occasion de se pencher d’un plus près sur le potentiel de ce groupe.
Cette voix, on la reconnait. Mais bien sûr ! N’est pas montpelliérain celui qui ne fait pas le rapprochement ! Un homme au chapeau avec un banjo entouré de musiciens cuivrés, un ton de voix qui nous rappelle la fougue des Négresses Vertes, puis la célèbre reprise de Lulu.
Le déclic opère. Le Comptoir des Fous n’est autre que la résurrection de La Bronca, groupe emblématique des années 2000 de la capitale régionale.

La Bronca, passée sous silence et n’ayant jamais sortie son troisième album annoncé, n’existe plus malgré ses plus de 300 concerts dans la bouteille. Son ex-chanteur, Boris Combes, vient de monter un nouveau projet : Le Comptoir des Fous. Lancé en 2007, le premier EP Volume 1 est enfin présenté fin 2009.

7 titres accompagnés d’un clip le composent. La qualification de « swing’n’roll » leur colle à merveille. On retrouve les ingrédients de la nouvelle version de La Ruda : un rock côtoyant l’acoustique, percutant, bourrés de vitamines. Mais le projet musical du Comptoir des Fous n’est pas une simple copie de l’univers revisité sans cesse du ska… De nombreuses sonorités blues et jazzy agrémentent cette redécouverte alternative du genre. Alternant la douceur et aussi un certain retour aux sources déjà développées dans La Bronca, Le Comptoir n’hésite pas à piocher à nouveau ce registre.

Combien de Fois se moquent avec légèreté du quotidien, Les Pieds des Femmes démarre en trombe avec « pourquoi les pieds des femmes sont-ils aussi froids quand elles se couchent dans le lit ? » sur un rythme saccadé très décalé dans l’esprit Fils de Teuhpu, Le Démon Sous le Toit endosse le costume du blues man se transformant en fanfare acoustique inarrêtable !

Le Comptoir des Fous c’est de la poésie, de la frénésie, une contre-basse, des saxos, mais aussi de l’impro. Au milieu du concert ils peuvent décider de lâcher l’électrique pour partir dans la fosse et devenir La Fanfare du Comptoir. 7 titres suffisent à faire ressortir cette mentalité là, comme une envie soudaine de se laisser guider par la musique… Comme si La Bronca avait soudainement réapparue sous nos yeux, Le Comptoir des Fous a laissé de côté ses influences latines pour nous proposer un swing’n’roll bougrement efficace.



LE CD DANS LE DÉTAIL

Titres : 7 titres
Bonus : 1 clip
Sortie : 2009

5 des 7 titres sont en écoute sur le myspace officiel :
www.myspace.com/lecomptoirdesfous


Chronique également dispo sur Le Musicodrome et Discordance.fr

NOTE ALBUM : 14/20